04 mai

La pêche, un métier qui doit se renouveler

Écrit par 

Si la profession est vieillissante, elle compte tout de même des jeunes en son sein. Ils sont tombés dans le bain dès leur plus jeune âge et sont partis en mer pour la première fois dès 4 ans pour certains. Ces trentenaires sont l’avenir de la pêche locale : portrait de deux d’entre eux.

Dossier pecheur4C’est sur le port de pêche de Saint-François que nous avons rendez-vous avec Ludovic EMMANUEL. Ce matin-là, il n’est pas parti en mer, en raison des conditions météo. Il s’affaire à réparer ses filets pour sa journée de pêche du lendemain. Ludovic à tout juste 32 ans et depuis l’âge de 20 ans, il mène sa barque comme marin-pêcheur : « C’est une passion. J’ai été élevé au bord de la mer et j’ai fait du sport nautique. J’avais le choix entre moniteur de planche à voile et pêcheur. J’ai fait mon choix », confie-t-il, sans lâcher des yeux son aiguille et son filet. Après avoir réussi son BTS Aquaculture à La Rochelle, le jeune homme retourne en Guadeloupe et commence son activité. Mais malgré la passion qui l’anime, Ludovic EMMANUEL a conscience des difficultés de plus en plus grandes pour pratiquer son activité professionnelle. A commencer par les charges et singulièrement le prix du carburant qui ne cesse d’augmenter alors que celui du kilo de poisson stagne depuis des années. Ce constat est partagé par Rudy CHARLES BELAMOUR, autre jeune de la profession. A 34 ans, il a pris la mer pour la première fois à l’âge de 4 ans et demi avec son père, marin-pêcheur comme lui. C’est aussi la passion du métier qui l’a conduit à devenir pêcheur. Il souhaite que cette activité traditionnelle se développe, mais le secteur doit faire face au manque d’accompagnement des autorités : « On aurait aimé augmenter la flotte, augmenter la taille des bateaux, passer au diesel, mais il n’y a pas de subventions pour nous aider à passer ce cap ». A défaut, Rudy CHARLES BELAMOUR a donc décidé de diversifier ses activités. Depuis une dizaine d’années, il propose des excursions à la journée sur un navire à utilisation collective (NUC), dont il a fait l’acquisition. Il peut ainsi emmener une douzaine de touristes pour des balades en direction de Marie-Galante, La Désirade ou Petite-Terre. Un investissement lourd, mais qui porte ses fruits avec le temps : « De décembre à début mai et en juillet et août, je me consacre à cette activité et le reste de l’année, je reviens à la pêche au filet et au DCP ». Précurseur de cette activité sur la zone, il a été rejoint depuis par une vingtaine d’autres opérateurs, mais seuls deux marins-pêcheurs ont également fait le choix de cette diversification. « Je pense que les marins-pêcheurs devraient s’ouvrir à cette activité qui est une valeur sûre. De plus, cela permettrait de laisser les fonds marins se renouveler durant la période touristique », considère-t-il. La problématique de la préservation de la ressource, ces jeunes pêcheurs en ont conscience pour avoir constaté la raréfaction de certaines espèces avec le temps. « Les espèces prédominantes, actuellement, ne sont pas à forte valeur, donc on se retrouve avec une balance commerciale négative. Les clients ont pris l’habitude de consommer des grand-gueules, des tanches, des poissons roses, qu’on ne retrouve plus comme avant dans nos casiers », selon Ludovic EMMANUEL.
Malgré toutes les difficultés liées à leur activité, les deux trentenaires gardent confiance et pratiquent leur métier avec toujours autant de passion.

Lu 221 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Plus dans cette catégorie : « La pêche au creux de la vague ?

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe