×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 926

La Région Guadeloupe, une locomotive pour l'agriculture. Entretien avec le Président Ary Chalus

Écrit par 

Quelques mois à peine après sa prise de fonction à la tête de la Région Guadeloupe, Ary Chalus a accepté de répondre aux questions de votre magazine “Les Antilles Agricole”.

Une interview qu'il nous a accordé début mai, après avoir rencontré certains des principaux acteurs du monde agricole et rural et s'être engagé aux côtés des producteurs de bananes notamment.

Les Antilles Agricole : Quelle place accorde la nouvelle équipe régionale à l’agriculture ? 

Ary Chalus : L’agriculture est une priorité régionale!
L’agriculture a été, et doit redevenir, un secteur stratégique. Dans notre projet politique, c’est un élément incontournable si l’on veut développer durablement la Guadeloupe. Bien structurée, l’activité agricole contribue à gérer nos ressources naturelles et ce, au coeur de nos territoires, à l’instar des exploitations et unités de transformations typiques de montagne qui, malgré les difficultés induites par la forte inclinaison des terrains, s’inscrivent résolument dans une approche durable en limitant l'utilisation des intrants. Nous pouvons constater la grande qualité et la diversité des cultures maraîchères, arboricoles, horticoles et des produits d’élevage mis en œuvre par nos agriculteurs.
D’ailleurs, nous misons sur le dynamisme de ce secteur, pour continuer à améliorer les taux de couvertures par rapport aux importations ; les fruits (hors banane) et légumes produits localement totalisent 53 % de notre consommation. Un taux plus élevé apporterait plus d’emploi local.

AA : Avez-vous déjà rencontré les différents acteurs du secteur agricole et si oui quels ont été les sujets de discussions ?
AC : La collectivité régionale doit être attentive à tous les acteurs économiques ; de plus le secteur agricole est au centre du projet de croissance verte et bleue que nous portons. Les rencontre sont donc permanentes et récurrentes. Qu’il s’agisse des représentants de la chambre d’agriculture, des melonniers, du collectif Assofwi ou de l’UGPBAN, nos discussions portent toujours sur le développement durable de nos filières agricoles. La Région Guadeloupe, que nous voulons stratège, doit être garante, aux cotés des agriculteurs, de la cohérence et de la soutenabilité de la production agricole.


AA : La région a répondu à l’urgence des éleveurs et des planteurs de cannes mais quelles sont les propositions pour le développement de l’économie agricole ?
AC : L’agriculture est un secteur pourvoyeur d’emplois, surtout si l’on tient compte des potentialités de développement. Et ce d’autant que nous importons plus de 80% de notre alimentation. C’est notre responsabilité à tous d’œuvrer à réduire significativement ce chiffre ! Cela, sans renier nos filières d’exportations nous devons accompagner le développement d’une agriculture
Ce nouvel élan agricole s’appuiera sur une agriculture que nous voulons durable. Nous renforcerons notre capacité d’exportation en favorisant une montée en gamme de nos produits agricoles et en accompagnant nos agriculteurs à la conquête des marchés à plus forte valeur ajoutée.
Nous aurions du assumer l’ambition de conquérir le marché sucres spéciaux et haut de gamme. Nous aurons, sans doute très bientôt, à nous pencher sur les conséquences de la fin des quotas sucriers.
Nous saluons d’ailleurs les efforts réalisés par la filière banane pour renforcer l’image d’une banane antillaise propre et durable en utilisant cinq à dix fois moins de pesticides que leurs concurrents. A leur coté, nous avons entrepris les négociations avec l’Etat et la commission européenne pour augmenter les quotas de production afin d’atteindre les 100 000 tonnes en Guadeloupe.
Au côté de cette agriculture conquérante à l’export, nous souhaitons aussi une agriculture au service de l’alimentation des Guadeloupéens : c’est d’abord bon pour la santé et c’est aussi un formidable levier pour l’emploi local.


AA : Le projet de MIR est-il toujours d’actualité ?
AC : La Région, chef de file, va mieux accompagner et sensibiliser les agriculteurs aux règles des marchés publics pour favoriser l'écoulement de leur production.
De manière à promouvoir la structuration du secteur, nous nous engageons en effet à créer le Grand Marché d'Intérêt Régional, indispensable au développement d’une agriculture diversifiée capable de contribuer, bien plus qu’aujourd’hui, à l’alimentation des Guadeloupéens.
Favoriser l’organisation du secteur en construisant les locaux des organisations syndicales agricoles et interprofessionnelles.
L’agriculteur doit pouvoir évoluer dans son métier et créer des activités nouvelles ou moderniser son activité. C’est pour cela que nous devons accroître le niveau d’encadrement du monde agricole en développant des offres de formation tout au long de la vie de l’agriculteur.
La Guadeloupe n'est pas extensible, nous sommes un archipel et il faut "sanctuariser" les terroirs et les surfaces agricoles. Il faut préserver les espèces végétales et animales spécifiques à notre territoire pour pouvoir valoriser notre biodiversité.

ary chalus2

 

 

 

 

 

 

 

Lu 1303 fois
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Plus dans cette catégorie : La banane à Cuba »

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe