Imprimer cette page
30 juillet

Opération Sécheresse au profit de l’élevage

Écrit par 

Pour donner une chance aux éleveurs de sauver leur cheptel, la région leur a offert près de 500 000 kg d’aliments. Une opération de sauvetage, de solidarité et de passage à la structure unique.

Près de 2 000 éleveurs aujourd’hui en Guadeloupe sont confrontés à une pénurie d’aliments pour leur bétail dans un contexte de forte sècheresse, depuis avril dernier. Un nouveau fléau après la Covid qui les rend encore un peu plus vulnérables.
Aussi la région Guadeloupe a décidé d’intervenir comme elle l’a fait il y a quelques semaines avec la filière bananes et Iguaflor. 200 000 euros viennent d’être débloqués et remis à l'interprofession guadeloupéenne de la viande et de l'élevage (Iguavie) sous forme de bons d’achats d’aliments à retirer auprès des GMA. C’est elle qui sera le relais entre les organisations professionnelles (CABRICOOP, COOPEMAG, SICA CAP’VIANDE, SICA PEBA, SELECTION CREOLE, Syndicat Régional des Éleveurs de Guadeloupe) et le producteur d’aliments.

operation secheresseCette action est menée pour une durée de 8 semaines, à partir de la signature de la convention, c’est-à-dire le lundi 27 juillet. Au total sur toute la durée de l’opération, il est prévu de distribuer 21 534 kg d’aliments pour les petits ruminants et 475 000 kg pour les bovins. 

Une opération dont la finalité va bien au-delà du geste de solidarité. En effet, l’objectif est de créer une structure unique qui regrouperait les 7 filières de la viande et de l’élevage. C’est une nouvelle étape, initiée par celui qui est aujourd’hui 2ème vice président de l’Iguavie et qui devrait aboutir à la fin de cette année.

Ils ont dit :

Jean-Marie Hubert, président de la commission agriculture au sein de la Région Guadeloupe : Nous avons signé une convention avec l’Iguavie au travers cette opération Sècheresse, pour un montant global de 200 000 euros. L’objectif est d’offrir une bouffée d’oxygène à la profession pour dépasser cette période.

Elie Sitalou secrétaire général de l’Iguavie : Nous débutons une nouvelle étape au sein de la filière. La première a consisté à créer des coopératives puis ensuite une interprofession et enfin des unités de transformation. Aujourd’hui, nous avançons avec la région vers la mutualisation des sept filières animales, pour aboutir à la création d’une structure unique. Ce rapprochement nous permet entre autres d’aboutir avec les GMS, à un schéma de contractualisation sur des prix et des volumes annuel».

Gérard Blombou, 2ème vice-président d’Iguavie : Être ensemble pour mieux maitriser la production, la transformation et la mise sur le marché. L’idée n’est pas de rayer de la carte les petites unités de transformation existantes, mais bien de les rassembler dans une même structure, avec un esprit et des objectifs différents et plus sécuritaires ».

Benjamin Moustache, directeur de la croissance verte à la Région Guadeloupe : « Il y a trop de structures au sein de la filière élevage et viande. Et lorsque l’on fait l’analyse financière de chacune, aucune n’est en bonne santé. La région avec les financements Feader jouera pleinement son rôle, et s’assurera que l’appui technique est aussi correctement mis en place. Car il a trop souvent fait défaut par le passé. »

Les chiffres de la filière élevage

Eleveurs : 1 904 dont 322 pour les petits ruminants et 1582 pour les bovins

Animaux : 3831 petits ruminants et 20986 bovins

Groupements : Cabriccop ; Désirade ; Coopémag (M-G) ; chambre d’agriculture ; Sica Cap Viande, Sica Peba ; Sélection créole ; SREG 

Nombre de sacs distribués : 862 pour les petits ruminants et 19002 pour les bovins

Quantités distribuées : 21 534 kg pour les petits ruminants et 475050 Kg pour les bovins

 

Lu 147 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dernier de Caraibe Agricole