bouton abonnement gauche fr

image bouton annonces agricoles

publier annonce sur caraibe agricole

↓  cliquez pour agrandir  ↓ AgriProtec

Météo par ville, région, pays


boutons acces page meteo fr

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

11 juillet

La crise sanitaire a confirmé l’importance de produire et consommer localement

Écrit par 

1/ Après 6o jours de confinement, nous constatons que les filières agricoles ont joué un rôle déterminant pour l’alimentation de nos compatriotes pendant la crise. Est-ce votre sentiment, l’auto suffisance alimentaire est-elle un objectif que vous poursuivez ?

Renforcer la compétitivité et la performance de ces filières en faveur d’une croissance verte tout en préservant notre biodiversité et la santé des hommes tel est mon leitmotiv et celui de l’action Régionale. L’objectif est d’améliorer le taux de consommation de la production locale dans la perspective de conquête de nouveaux marchés tant intérieur qu’extérieur.
Le développement des petites structures agricoles, le bio, l’agriculture familiale sont les enjeux actuels de nos filières. L’intervention de la collectivité se poursuit, faisant de la nécessaire restructuration et de la professionnalisation des filières de production une priorité.

2/ Quelles sont les aides spécifiques que la Région Guadeloupe a mis en place pour les agriculteurs face à la crise Covid19 ? Ces aides sont-elles encore accessibles ?

Très tôt, je prends la mesure de la gravité de la crise sanitaire qui menace le monde. En concertation avec le Préfet de Région, Philippe GUSTIN, la Présidente du Conseil départemental, Josette BOREL-LINCERTIN, et la Directrice de l’Agence Régionale de Santé, Valérie DENUX nous avons organisé le 27 février 2020, à l’Espace régional du Raizet, une réunion d’urgence sur le coronavirus 2019 (COVID-19).

Melons, bananes, tomates, concombres, salade, choux, christophines... ce sont 6 000 paniers de fruits et légumes péyi ont été livrés à partir du 28 mars 2020 par les élus de la Région à des personnes âgées de 80 ans et plus, nécessiteuses ou isolées et préalablement identifiées par les centres communaux d’action sociale (CCAS) dans les 32 communes de l’archipel. 1 500 cartons de melons de la marque Philibon (catégorie extra) ont bénéficié également aux familles dans le besoin.
Il fallait assurer la soutien aux personnes fragiles en cette période de crise sanitaire mondiale et la Région Guadeloupe a été au rendez-vous.

Les fruits et légumes frais sont fournis par les organisateurs de producteurs SICA LPG, SICAPAG, SICACFEL, SICA LES ALIZES et CARAIBES MELONNIERS, membres de l’Interprofession guadeloupéenne des fruits et légumes Iguaflhor. Par cette opération, la collectivité soutient ainsi la filière maraîchère, en partie privée de ses débouchés habituels (cantines scolaires, restaurants...) du fait du confinement.
Sur le même principe, nous avons procédé à la distribution de cartons de bananes dans l’ensemble des communes.
Le 23 mars, quand le Premier ministre, Edouard Philippe, annonce dans le cadre du décret sur l’état d’urgence sanitaire, l’interdiction, sauf dérogation, de tous les marchés alimentaires, couverts ou non. De fait, le marché de gros installé sur le parking du vélodrome de Gourdeliane à Baie-Mahault est donc lui aussi fermé.
J’ai été très sensible aux difficultés rencontrées par les maraîchers pour écouler leur production et je suis intervenu, avec mes équipes, auprès des services de l’Etat, afin de trouver des solutions concrètes qui répondent aux besoins de la profession, dans des conditions sanitaires assurant la sécurité et la santé des Guadeloupéens. D’ailleurs le marché a pu être maintenu pendant la crise.

Nous avons débloqué un fonds exceptionnel de 2,49 M € de soutien au maintien des activités des organisations professionnelles de l’agriculture. Ce fonds permettra à la collectivité régionale d’accompagner les professionnels agricoles dans la distribution et la mise en marché de leur production.
En ce qui concerne le melon, la forte réduction de la desserte aérienne entre Paris et Pointe-à-Pitre survient en pleine saison d’exportation du melon des Antilles vers la France, un marché qui absorbe habituellement près de 70 % de la production de Caraïbes Melonniers. Seuls deux vols hebdomadaires sont maintenus, contre cinq quotidiens habituellement. La Région Guadeloupe accorde une aide de 354 850 € pour prendre en charge le surcoût lié à l’affrètement de quatre vols supplémentaires par l’organisation de producteurs, et limiter ainsi ses pertes.

3/ Ces aides seront-elles suffisantes ou doivent-elles s’inscrire dans une stratégie régionale globale à destination des agriculteurs ?

Pour répondre à votre question, je dirais que le développement de filières de diversification végétale, animale et du secteur de l’agro-alimentaire sont des axes prioritaires. Je souhaite que la digitalisation des exploitations et le numérique au service de notre agriculture soit élargie. D’ailleurs, le développement de nouvelles niches comme le spiritourisme s’inscrit dans le programme Croissance verte. La Région accompagne avec un certain nombre de dispositifs mais l’union fait le force et donc les filières doivent se structurer, s’organiser et les hommes doivent se mettre ensemble pour pouvoir défendre d’une même voix nos interêts communs.

4/ Certaines voix s’élèvent chez les agriculteurs pour demander une annulation des impôts fonciers agricoles, est-ce envisageable ?

J’ai personnellement introduit ces demandes mais vous le savez c’est un pouvoir régalien et donc une prérogative de l’Etat, et l’Etat français est dans la situation que vous que connaissez… Nous continuerons bien entendu d’appuyer la demande des agriculteurs, l’objectif final étant de préserver le secteur agricole et de trouver le compromis le plus large possible.

5/ L’agriculture est le pilier de notre économie, cela a encore été démontré avec la crise sanitaire Covid19. Comment la Région compte t-elle dynamiser et encourager la structuration des filières agricoles, indispensables à leur développement ?

Nous devons à la fois maintenir les filières existantes et déjà organisée du point de vue économique et culturel comme la banane et la canne. Parallèlement de nouvelles filières doivent impérativement se structurer et s’unir, nous devons pouvoir laisser de côté les divergences pour se rencontrer autour du développement de notre agriculture de transformation et de la valorisation de nos savoirs faire.
Mais la vérité c’est que beaucoup ont pris conscience qu’il est important de produire localement, car en cas de crise nous devons avant tout pouvoir compter sur nous-même.

6/ Les filières canne et banane sont des filières très professionnelles et structurées qui constituent les piliers de notre agriculture avec l’élevage... Que répondez-vous à ceux qui disent que ces deux filières absorbent la majorité des aides pour l’agriculture ?

Le rôle de la Région est d’aider le plus grand nombre d’agriculteurs, ma volonté est de pérenniser toutes les filières agricoles locales. Les aides sont locales, nationales et aussi européennes, toute les filières ont accès aux dispositifs existants qui sont nombreux mais également complexes à mettre en oeuvre. Les filières qui sont les mieux organisées et structurées administrativement pour présenter, et organiser leurs projets ont bien sur plus de chance d’obtenir des fonds. C’est aussi une dynamique qui doit être conduite et animer par les acteurs du monde agricole, professionnels et institutionnels.

7/ La chambre d’agriculture de la Guadeloupe a pour principale mission d’animer les filières agricoles et de poser un regard sur l’avenir de notre agriculture, travaillez-vous en synergie ?

Bien entendu, nous services respectifs travaillent dans l’intérêt de l’agriculture. L’accompagnement de la Chambre d’agriculture de la Guadeloupe est inscrit au budget régional. Cette enveloppe budgétaire de 1,2 millions d’euros est destinée à soutenir les actions menées par la Chambre d’Agriculture en faveur des professionnels des différents secteurs d’activité, notamment pour ceux qui ne font l’objet d’aucune organisation. Une contrat d’objectif permettra de rendre compte des efforts déployés.

DERNIERE QUESTION // Agriculture et numérique : l’association impossible en Guadeloupe ?

Tout est possible dès lors qu’on travaille ensemble, je le dis souvent. La Région a entrepris un vaste chantier de développement de l’économie numérique et le secteur agricole doit y prendre sa part, surtout avec l’explosion du e-commerce et des plateformes de livraison.

La Région Guadeloupe accompagne les TPE dans leur transition numérique et digitale avec le «chèque TIC» (Technologies de l'Information et de la Communication).

------------

LA POLITIQUE REGIONALE EST ARTICULEE AUTOUR DE 3 AXES :

1. La petite agriculture pour préserver l’environnement. L’ambition régionale est d’orienter la production agricole vers une réduction drastique de l’usage d’intrants sur les exploitations.

2. Depuis plus de 2 ans, une mobilisation s’est faite autour de la petite agriculture familiale et rurale en mettant en avant son rôle en matière de préservation de l’environnement et sa participation active à l’approvisionnement du marché local. Un plan d’actions sur la structuration de cette petite agriculture est en cours. Elle peut aujourd’hui reposer sur un modèle économiquement viable et agro écologique. Pour les accompagner des outils d’ingénierie financière sont à l’étude et une importante réflexion est menée avec l’INRA et les professionnels.

3. Une filière de plantes aromatiques et médicinales (PAM) pour conjuguer savoir traditionnel et innovation. La mise en place d’une nouvelle filière Plantes Aromatiques et la biodiversité et l’usage traditionnel des plantes médicinales constituent un secteur à développer et à forte valeur ajoutée. Cette action est mise en œuvre à travers un dispositif d’insertion en faveur des jeunes engagés dans un parcours de qualification et de professionnalisation sur l’ensemble du territoire guadeloupéen. A ce dispositif d’insertion, seront étroitement associées des activités de recherche et d’innovation notamment dans le choix et la sélection des plantes.

 

Lu 162 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

La Minute Verte

Agriculteurs porteurs de projets / AGREEN Strartup Guadeloupe
Vidéos

Agriculteurs porteurs de projets / AGREEN Strartup Guadeloupe

La Région Guadeloupe et ses partenaires organisent le 1er #concours dédié à l’#innovation #agroécologique. Inscrivez-vous dès à présent à la…

25
Agriculteurs porteurs de projets / AGREEN Strartup Guadeloupe
Vidéos

Agriculteurs porteurs de projets / AGREEN Strartup Guadeloupe

La Région Guadeloupe et ses partenaires organisent le 1er #concours dédié à l’#innovation #agroécologique. Inscrivez-vous dès à présent à la…

25

Notre page facebook

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données