UNE BANANE ANTILLAISE BIO, BIENTÔT SUR TOUS LES ÉTALES…

Écrit par 

UNE PLATEFORME DE SÉLECTION DYNAMIQUE :

Créé en fin 2008 par les professionnels de la filière banane de Guadeloupe et de Martinique, l’IT2 accompagne l’UGPBAN dans sa politique d’agriculture durable dans le cadre du Plan Banane Durable (2008-2013) signé avec le ministère de l’Agriculture le 5 décembre 2008.

C’est ainsi que la plateforme de création et de sélection variétale a pris naissance. Le programme d’amélioration des bananiers qui en découle fait appel à des compétences et disciplines multiples au sein du CIRAD, de l’IT2 et des autres partenaires (CIRAD, UGPBAN, Groupements de banane Martinique et Guadeloupe) réparties dans différents départements, unités et équipes, en métropole et outremer. Les recherches menées alimentent par leurs résultats la Plateforme de sélection. Une réflexion collective a été entreprise en octobre 2009 et s’est structurée autour de quatre thématiques majeures de l’amélioration des plantes fruitières, en adéquation avec les objectifs finalisés de la plateforme :
- L’adaptation des plantes à leur environnement, les interactions génotype-environnement,
- Les composantes de la qualité des fruits, la dynamique de maladies des plantes transmises par des vecteurs aériens (photosystèmes) et la durabilité des résistances aux bio-agresseurs,
- L’amélioration des pratiques respectueuses de l’environnement.

Depuis la création de cette plateforme en 2008, les résultats sont encourageants avec plus de 1200 hybrides de banane dessert créés chaque année.

L’INSTITUT TECHNIQUE TROPICAL, RÔLE PIONNIER DANS LA DIFFUSION DES INNOVATIONS

Depuis 2011, l’Institut Technique Tropical (IT2) œuvre pour le développement de la banane cirad925 sur le marché local en Guadeloupe. Ce processus très long commence à porter ses fruits grâce à un producteur engagé (M. Bihary Claude Euloge) dans l’innovation et dans la recherche d’une agriculture de plus en plus respectueuse de l’environnement. Un choix réfléchi que ce dernier a fait dans une démarche éco-citoyenne assumée malgré les difficultés que peut représenter la conversion au bio (coût de fertilisation organique plus élevée...).

En plus de toutes les avancées techniques apportées à la banane Cavendish depuis deux décennies pour contribuer au respect de la nature grâce aux meilleures pratiques agricoles, et une vitalité de la biodiversité restaurée, cette nouvelle variété vient apporter un plus aux nombreux efforts réalisés par la filière BGM. En effet, zéro pesticides, ni engrais chimique utilisés depuis 2013 chez ce producteur en conversion. Elle est résistante aux ravageurs du bananier (pas de traitement contre les cercosporioses, maladies du feuillage, pas de traitement pour les nématodes ou les charançons du sol). Elle représente ainsi une véritable segmentation de niche pour le marché.
C’est à La Sarde bas, que nous avons rendez-vous avec Jacques LOUISOR, responsable développement «nouvelles variétés de banane dessert» à l’Institut Technique Tropical. Le responsable nous emmène sur une parcelle de 2 hectares en conversion bio depuis avril 2017, où des plants de la nouvelle variété «CIRAD 925» viennent d’être plantés.

PRÉSENTATION DE LA VARIÉTÉ

Cette variété de bananes, créée par le CIRAD Guadeloupe, à la fin des années 90, est résistante aux cercosporioses jaune et noire, principales maladies qui touchent les bananiers. Même si elle apparaît, la maladie ne se développe pas et un simple effeuillage suffit à la gérer. Aucun traitement chimique n’est nécessaire pour la contrôler. La «CIRAD 925» est également tolérante aux nématodes et aux charançons qui ont du mal à pénétrer les racines et le bulbe du bananier. C’est en raison de ces résistances qu’elle a été choisie pour l’expérimentation menée depuis 2011 sur ces terres de La Sarde, mais également sur 1,5 hectares à Blondinière vers fonds cacao. De plus, cette nouvelle variété a également l’avantage d’avoir deux cycles par an, donc de produire deux régimes dans l’année, permettant ainsi d’avoir des tonnages à l’hectare proches de la variété CAVENDISH, variété très sensible et la plus cultivée de nos jours.

DE NOUVELLES PRATIQUES CULTURALES

Presque quotidiennement, Jacques LOUISOR et son équipe font un suivi des nouvelles parcelles implantées avec la nouvelle variété. Visiblement, le responsable est confiant quant à la croissance des bananiers, malgré un déficit d’eau ces derniers temps. Cette parcelle plantée en janvier 2018 était en jachère de crotalaire (Crotalaria juncea) pour la phase d’assainissement durant une année. Au préalable une phase d’enrichissement du sol a été réalisée avec un apport important de matière organique produite en Guadeloupe. A cette plante annuelle, du Desmodium Heterocarpon a été associé, c’est une plante pérenne qui permet un bon contrôle des adventices par son couvert dense et apporte de l’azote au sol grâce à ses nodosités présentes au niveau du système racinaire.

Ne pouvant plus utiliser d’herbicide, le planteur qui a choisi de faire de la banane bio procède à du fauchage mécanique régulier et utilise ces plantes de service pour gérer l’enherbement. Sur cette zone de Capesterre Belle-Eau, c’est donc le Desmodium qui a été choisi pour limiter la pousse des adventices.

TRANSITION VERS LE BIO…

«Passer au bio, c’est donc aussi adopter de nouvelles pratiques culturales». Sur la parcelle choisie pour l’expérimentation de l’IT2, l’agriculteur n’a jamais utilisé de pesticides. «La conversion bio a consisté à remplacer les engrais chimiques par de l’engrais 100 % organique, avec comme objectif l’amélioration et le maintien de la fertilité du sol sur du long terme» selon Jacques Louisor. Pour une généralisation de ce type d’agriculture biologique pour chaque agriculteur, il faudra un itinéraire technique adapté tenant compte de ses pratiques antérieures, de la configuration de sa parcelle, du type de sol et des moyens techniques et humains disponibles.

Dans un souci de réussites et pour aider les producteurs dans leur transition agro-écologique, l’Institut Technique Tropical en lien avec le service technique du groupement de producteur en Guadeloupe s’attelle à ce travail de vulgarisation et de généralisation de pratiques toujours plus respectueuses de l’environnement. Plusieurs partenaires intègrent ce projet notamment le groupe Germiflor, la SCIC Guadeloupe et Timac Agro pour la gestion de la fertilisation organique.

LA BANANE BIO ANTILLAISE VISE L’EUROPE

D'ici 2020, cette nouvelle banane des Antilles devrait être commercialisée sur les marchés locaux. Ce premier objectif atteint, il s’agira d’envisager de l’envoyer à l’export. Pour cela, il faudra solutionner la question de l’approvisionnement en engrais organique. Car, s’il est évident de se fournir en engrais chimique, trouver de l’engrais organique en quantité et à un coût équivalent est une autre paire de manche. Avec les chercheurs du CIRAD et les ingénieurs d’études de l’IT2, des recherches sont également en cours sur les maladies de conservation. L’institut technique quant à elle, travaille depuis maintenant trois années sur la recherche d’un protocole de maturation industrielle adaptée à cette variété. Un protocole est en train d’être affiné et permettra de lancer cette nouvelle banane bio au prochain salon agricole de Paris en février 2019 pour une commercialisation plus importante à l’horizon 2022.

UNE BANANE QUI DOIT GAGNER SON LABEL «BIO»

Il existe sur le marché européen des bananes qui proviennent de Colombie, du Pérou ou plus proche de nous, de la République Dominicaine, labellisées «bio» dans leurs pays d’origine mais qui, pour autant, ne respectent pas les normes bio européennes. Dans les exploitations de ces pays, certains produits non autorisés en Europe sont encore utilisés. La banane bio expérimentée en Guadeloupe bénéficie, elle, d’une fertilisation entièrement organique pour sa labellisation. La démarche de certification de la nouvelle banane Antillaise est en marche depuis un an et demi avec la société Certipaq. Un premier audit en septembre 2017 a permis de faire le point sur l’itinéraire technique et les pratiques adéquates au cahier des charges Bio chez le producteur.

UNE BANANE QUI DOIT SE TROUVER UN NOM

Depuis fin février 2018, la nouvelle banane des Antilles est en vente-test dans certaines grandes et moyennes surfaces de Guadeloupe. Elle aurait un bon accueil auprès des consommateurs qui apprécieraient son goût légèrement différent (un peu acidulé) et son calibre moins important que celui de la CAVENDISH traditionnel. Un fruit moins long et aussi sucré qui pourrait séduire une clientèle en train à la nouveauté et aux produits sans pesticides. Les lots de la variété «CIRAD 925» sont vendus en sachet d’environ 800 grammes pour cette phase de tests dans les GMS. D’ici peu, un nom commercial sera proposé aux consommateurs pour une meilleure présentation du produit dans la grande distribution.

EULOGE BIHARY, PRODUCTEUR DE BANANES CIRAD925 BIO

Si Euloge BIHARY a décidé de se lancer dans cette expérimentation, c’est que le planteur était déjà dans une démarche durable. Il y a 7 ans, quand l’IT2 lui en fait la proposition, il se lance dans la plantation d’une première parcelle en traditionnel. Mais rapidement, l’agriculteur décide de franchir un cap et de se passer de produits chimiques pour sa production. Un choix réfléchi, une démarche éco-citoyenne assumée malgré les difficultés que peut représenter la conversion au bio. «J’ai consacré deux hectares à l’expérimentation, mais je pense que nous aurons des résultats d’ici deux ans et je suis prêt à passer entièrement au bio si la variété tient la route». L’agriculteur est conscient que produire de la banane bio lui demandera plus de main d’œuvre pour l’entretien de ses parcelles, mais qu’importe, il est prêt à se lancer.

Lu 186 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe