05 mars

Agroforesterie : de belles perspectives d’avenir !

Écrit par 

Dans le cadre d’une Préparation à l’emploi collective (POEC), une formation en agroforesterie est proposée à des demandeurs d’emploi. Cette filière agricole, mal connue, est pourtant riche de potentialités économiques, en termes d’emplois comme de productions à forte valeur ajoutée.


agroforestiere1Dans un contexte où les surfaces agricoles diminuent progressivement, l’agroforesterie est un moyen de proposer de nouveaux espaces aux agriculteurs (valorisation du bois tout en évitant le défrichement), de dynamiser les territoires ruraux, en renforçant les capacités de production, et en apportant de nouvelles ressources et des perspectives de développement de filières. Parmi les trois cultures ciblées, vanille, cacao et café, ce dernier est le plus bel exemple de potentialités de développement économique actuellement en voie de restructuration en Guadeloupe.
Une nouvelle formation… dans la continuité
La formation POEC agroforesterie 2016-2017 s’est donnée pour objectif d’explorer ces différents aspects, en fournissant aux stagiaires les compétences nécessaires pour maîtriser les différents itinéraires techniques, dans le but de développer durablement ces filières agroforestières. Comme l’explique Pierre-Yves Gautier, chef de projet dans la formation externe depuis 7 ans à l’ONF, « cette formation, avec comme partenaires techniques le domaine de Vanibel, l’ONF, C.Coutelier et l’ASSOFWI, s’inscrit dans la continuité des six formations «Agroforesterie Tropicale» organisées depuis 2011 par l’ONF mettant en avant des cultures associées patrimoniales : café, cacao et vanille, toutes sous couvert forestier en Guadeloupe et Martinique ».
Des itinéraires techniques très particuliers
« L’agroforesterie a des itinéraires techniques très particuliers. Les agriculteurs qui s’orientent vers ces productions doivent être accompagnés, explique Frédéric Bourseau, Président de l’ASSOFWI, (centre de formation). Nous avons formé 15 stagiaires sur 400 heures, en vanille, cacao, et café. Le Fafsea a cofinancé la formation (avec le FSPP), le Pôle Emploi a accompagné les stagiaires pendant la formation». La collaboration du Pôle Emploi de Sainte Rose et de la Mission Locale de Vieux Habitants a permis de sélectionner les demandeurs d’emploi en adéquation avec les profils recherchés.
Relancer une filière en déclin
Les défis sont multiples afin de relancer et restructurer cette filière. La station expérimentale de l’ASSOFWI constitue le support technique principal. Une pépinière a été aménagée afin de transmettre les techniques de multiplication des plants de cacao, café et vanille. Les parcelles et essais expérimentaux, ont permis une transmission rapide et efficace des pratiques agricoles sur le terrain. Au domaine de Vanibel, à Vieux-Habitants en zone d’altitude, les stagiaires ont découvert la filière café. Sur le terrain de Laurichesse, les stagiaires se sont exercés sur une parcelle en conditions de productions associées : teck associé à la vanille, du café et du cacao. En Forêt domaniale à Sainte Rose, après sécurisation et abattage d’arbre en collaboration avec l’agent patrimonial de l’ONF, les stagiaires ont mis individuellement en valeur une plantation de vanille. L’objectif est aussi de mettre en place une plantation en extensif de 50 pieds de cacao sous couvert forestier dans une clairière naturelle.
A l’occasion de cette formation, l’ASSOFWI, les organisations professionnelles et l’ensemble des producteurs concernés ont mené une réflexion plus globale et transversale sur l’ensemble des maillons de la filière agroforestière. L’objectif à long terme étant de parvenir à une analyse collective et partagée dans l’optique d’une meilleure organisation, structuration et compétitivité de la filière via la valorisation de produits finis à haute valeur ajoutée.

René Digne, délégué régional du FAFSEA
Cette promotion est exceptionnelle à tous points de vue, d’abord parce que le POEC a pour finalité de recruter des ouvriers agricoles et qu’il s’agira là davantage d’installations. Exceptionnelle aussi en termes d’assiduité, parce qu’ils étaient 15 stagiaires au départ et qu’ils sont 15 à l’arrivée. Les formateurs sont avant tout des professionnels, des producteurs de café, de vanille, de cacao, qui ont le savoir-faire mais aussi une vraie motivation pour développer leur production et transmettre leur savoir.
Cédric Coutellier : formateur professionnel, référent de la formation POEC
Sur les 400 h de ce POEC, 100 ont été consacrées à la vanille. Les stagiaires venus du monde agricole sont demandeurs d’emploi faute de pouvoir vivre de leur production. Grâce à la formation, ils vont pouvoir valoriser leur surface grâce à des productions à forte valeur ajoutée, cacao, vanille ou café.
Liliane Chais, directrice du Pôle emploi de Ste Rose
Nous avons fait un repérage des candidats et proposé des entretiens avec les formateurs. Le groupe de 15 a suivi l’intégralité de la formation, malgré les déplacements à Vieux Habitants ; une autre formation sera rapidement mise en place car il y a déjà beaucoup de demandes. L’objectif c’est l’emploi, même si on s’oriente vers des installations.
Pierre-Yves Gautier, chef de projet à l’ONF
On relance des cultures anciennes, qui sont des niches très intéressantes compte tenu de la demande très forte en vanille, café, et cacao. On sait que tout ce qui est produit aujourd’hui sera vendu demain. L’ONF est formateur, encadrant mais propose aussi du foncier, des concessions forestières d’un hectare où le cahier des charges est plus strict que le bio, la garantie d’une valeur ajoutée immédiate. La production de vanille en sous-bois est plus lente que sur support en plein champ, mais le milieu naturel très équilibré et régulé protège la production des parasites.
Frédéric Bourseau, Président de l’ASSOFWI et formateur sur la POEC cacao
La moitié des 15 stagiaires va se lancer sur des concessions ONF en vanille, cacao et café sous couvert agroforestier. L’important pour nous est de créer une émulation dans le Sud et le Nord Basse Terre. L’ONF s’est chargé de la partie agroforestière, apportant son expérience en termes d’élagage et d’entretien forestier. Cédric Coutellier s’est occupé de la partie vanille, Joël Nelson de la partie Café (Vanibel) et l’Assofwi donc Youri Uno et moi-même pour la partie cacao.
Aubin Charbonné, stagiaire
Je suis demandeur d’emploi et exploitant agricole à Ste Rose, en canne, bovin et jardin créole. Cette formation va me permettre de me diversifier, car il y a peu de perspectives d’avenir sur les grandes cultures. Je vais planter du cacao pour faire fructifier ce que j’ai appris, mais aussi de la vanille que j’ai fécondée depuis que j’ai commencé la formation. Il me semble intéressant de créer une exploitation avec des produits à valeur ajoutée.

Le café de Guadeloupe : un peu d’histoire
Importé aux Antilles au XVIIIème siècle, le café connaît rapidement un essor considérable et des plantations «caféières» couvrent rapidement la Guadeloupe. À la fin du XIXème siècle, ce sont près de 4 000 tonnes de café arabica qui sont exportées chaque année vers la France, ce qui représente près de 10 000 ha de caféiers. L’Arabica bourbon (Coffea arabica, variété Bourbon), cultivé en Guadeloupe, produit, aux dires des connaisseurs, l’un des meilleurs café du monde et il servait alors, en tant que Café «Bonifieur», à améliorer les cafés sud-américains en partance pour l’Europe. Mais, l’augmentation du coût de la main d’œuvre, la concurrence des producteurs d’Afrique et d’Amérique du sud, le développement de la canne, de la Banane, ainsi que quelques cyclones ravageurs, ont été fatals dans les années 1920 à la culture du café. La Guadeloupe produisait encore 600 tonnes dans les années 60, de nos jours la production est inférieure à 20 tonnes même si la demande des importateurs reste toujours très forte.

Lu 161 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe