Le Marché Agricole du Nord Atlantique

Écrit par 

Une caisse pour tous, une tâche pour chacun

Le Mana est une association d’agriculteurs qui ont choisi de défendre leur profession en s’unissant. De cette initiative solidaire est née le marché agricole du nord atlantique.


Monette Taurel est à la tête du « Mana ». Elle est aussi vice-présidente de la chambre d’agriculture, et productrice de racines, laitues et piments sur la commune du Gros-Morne, en Martinique. Ce marché permet à un groupe d’agriculteurs de commercialiser, par eux-mêmes, leur production. La démarche est assez classique, mais l’originalité tient au fait qu’ils mettent en commun l’ensemble de ce qu’ils vendent. Le fruit de la vente est placé dans une caisse commune avant d’être redistribué entre tous. «Nous comptons des adhérents du Gros - Morne jusqu’au Lorrain, précise Monette Taurel, mais à l’origine cette association est née de la volonté de la municipalité de Sainte-Marie, dans les années 2000. Pour dynamiser le centre-bourg, elle a demandé aux exploitants d’organiser une foire puis, devant le succès, un marché tous les 15 jours, puis chaque semaine. A l’époque, nous n’étions même pas une dizaine, essentiellement des maraîchers/vivriers spécialisés dans la dachine l’igname, le concombre et les laitues, puis au fur et à mesure, le nombre des participants a augmenté et les produits se sont diversifiés avec les fruits, les piments, les légumes à soupe, les épices ».

Un marché à la Prévert

Aujourd’hui, le Mana compte 19 adhérents, formant le cœur de l’activité, auxquels sont venus se joindre des agro transformateurs avec le jus de canne, les thés, du miel, les plantes médicinales, les pâtisseries d’antan, les artisans vanniers, des pépiniéristes, et même des chapeaux de paille. Un inventaire à la Prévert qui permet à chacun de trouver ce qu’il est venu chercher. La caisse est commune même si l’activité agro transformation est à part. L’organisation est simple et efficace : les produits sont pesés le matin. Un adhérent est dédié à cette tâche et s’en charge pour tous les autres. Les produits sont ensuite déposés sur les étales, le client choisi lui-même et passe en caisse. Le samedi, 4 caisses sont nécessaires. Ce sont les agriculteurs eux-mêmes qui les tiennent. « Il n’y a aucune concurrence entre nous, poursuit la présidente, et c’est un même prix pour tous, à produit et qualité équivalents. A la fin du marché, on fait le bilan. C’est un autre agriculteur qui est chargé de tenir les fiches « de vente ». Et si certains produits sont invendus, on les remet aux agriculteurs au prorata de la quantité emmené. On attribue à chacun la tâche qu’il préfère». La coopérative des éleveurs est également présente. Elle arrive avec son camion pour présenter ses volailles, mais aussi ses pâtés, boudins jusqu’aux viandes prêtes à cuire, puisque le boucher occupe également une place de choix.

L’Agro-Ecologie au menu

Sur ce marché, très peu de vente en gros, telle n’est pas sa vocation. La vente est essentiellement au détail pour les personnes âgées, qui sont nombreuses à le fréquenter mais pas seulement, il y a aussi des familles, et des touristes profitant de la vue du Tombolo. «La communication avec les clients est fluide et nécessaire. Ils veulent nous rencontrer, savoir comment sont produits nos légumes. Nous ne possédons que de petites surfaces, nous travaillons donc à partir de méthodes traditionnelles pour entretenir une agriculture raisonnée et les clients apprécient ». Très récemment, l’association a obtenu de l’Etat, l’agrément Agro Ecologie pour preuve de son implication dans une agriculture de qualité et un certain mode de production. « Par exemple, nous utilisons un système de production à la main des dachines, nous utilisons le fumier comme engrais, nous arrachons l’herbe manuellement. Certes, nous ne sommes pas bio, au sens du cahier des charges, mais nous tendons vers l’agro écologie». Comme l’ensemble de la profession, les membres du Mana sont très concernés par la pollution au chlordécone, notamment sur le territoire du Lorrain. « Nous sommes en mesure, tous, de présenter les documents attestant que nos terrains sont sains suite aux contrôles de la DAF. Mais pour aller au bout de notre démarche, nous organisons des visites d’exploitation, pour tous les clients qui sont intéressés à découvrir où commence l’aventure… et pour les rassurer ».
Et c’est ainsi que depuis deux décennies, chaque samedi matin une vingtaine d’agriculteurs se retrouvent sur la place Félix Lorne de Sainte Marie, face à l’office de tourisme, de 5h à 13h. Naturellement, la notoriété du Mana n’est plus à faire, mais Monette se bat désormais pour obtenir un nouvel espace, bien mieux aménagé. « Il y a six ans, nous avons obtenu des chapiteaux mais aujourd’hui, ils sont vétustes et ne collent plus à l’image que nous voulons faire passer d’une belle agriculture, propre et responsable ».

Lu 414 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe