12 janvier

Zanman péyi, une richesse insoupçonnée

Écrit par 

Les amandiers pourraient bientôt être à la base d’une nouvelle filière agricole et industrielle. C’est en tout cas le souhait de certains porteurs de projet qui envisagent de valoriser les amandes pays.

amandeAppelés communément « Zanmann » chez nous, les fruits dubadamier faisaient la joie des enfants dans nos compagnes il y a encore quelques années. Ramassée en bord de mer, le plus souvent, l’amande au goût de noisette qu’elle abrite était consommée nature, concassée et mélangée à du sucre ou encore sous forme de nougat. Mais avec le temps, les amandes pays ont été délaissées et se retrouvent à joncher en surabondance le sol de certaines plages de l’archipel. C’est ce constat qui a poussé certains, parmi lesquels Isbert Calvados, à s’intéresser à ce fruit et à l’arbre qui le produit. Si chez nous il n’est pas valorisé, ailleurs le badamier et son fruit sont des matières premières appréciées pour leur vertu pharmaceutique, leur utilisation en cosmétologie ou encore dans certaines industries. Originaire de Nouvelle-Guinée, le « Terminalia Catappa », fait partie de la famille des « Combretaceae ».

De nombreuses vertus

En Inde, les amandes sont utilisées en cuisine et l’huile qui y en est extraite entre dans la pharmacopée traditionnelle. Elle aurait des effets anti-tumoraux, elle est utilisée pour la préparation d’antitussifs et on lui prête même des propriétés aphrodisiaques. L’amandier pays est riche en tanins et ses feuilles, ses racines et son écorce peuvent être utilisées pour la fabrication de pigments pour la teinture. Certains prêtent à ses feuilles des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires ainsi que antidiabétiques. Les racines de l’arbre auraient, quant à elles, des propriétés antimicrobiennes et lutteraient même contre l’Escherichia coli et les staphylocoques. Plus modestement, Isbert Calvados prête à cet arbre, qui aurait été introduit chez nous par les premiers immigrants indiens, des propriétés contre le diabète, l’hypertension mais aussi les dysfonctionnements sexuels. Dans un ouvrage à paraître prochainement, il promet de dévoiler toutes les vertus de cet arbre et de ses fruits.

Un homme d’engagement

Promis à un avenir de pasteur après trois années d’études dethéologie, ce fils d’agriculteur, décide de servir autrement sa communauté. Il s’engage en politique et, après la victoire de son camp, se retrouve en charge des questions liées à l’environnement dans sa commune de Petit-Bourg. Isbert Calvados s’est également fait connaitre pour avoir organisé la « fête de la chaubette » pendant une dizaine d’année sur la plage de Viard à Petit-Bourg. C’est justement en se baladant sur cette plage qui lui est si commune, qu’il s’étonne du sort réservé aux innombrables amandes qui jonchent le sol. Elles sont purement et simplement brulées avec les feuilles mortes et les détritus ramenés par la mer. Isbert décide de prendre son bâton de pèlerin et de faire de la valorisation des amandes-pays sa mission. Après avoir prêché la bonne parole durant des semaines dans différents salons et foires, il se rend compte de l’intérêt que suscite ce fruit dont la saveur replonge les plus âgés dans une certaine nostalgie et titille la curiosité des plus jeunes.

Mécaniser la production

Désormais les amandes-pays de « Bèbèro » sont commercialisées dans une dizaine de points de vente, alimentés de façon hebdomadaire. Des pots d’amandes séchés, sans conservateurs, produits de façon artisanale pour l’instant. Isbert Calvados envisage une mécanisation de sa production pour répondre à la demande et rêve de développer une véritable filière avec les Zanmann Péyi. Mais aussi de mettre en place des chantiers-écoles avec le soutien de la Région Guadeloupe pour former des jeunes à l’entretien, à la plantation et à la sauvegarde des badamiers. Passer des conventions avec les municipalités pour que les fruits de cet arbre ne soient plus brûlés avec les déchets mais laissés à l’exploitation industrielle.

Isbert Calados n’est pas le seul à avoir pris conscience de l’intérêt économique des amandes-pays. Deux autres agriculteurs ont également décidé de se lancer dans cette aventure et de commercialiser des amandes-pays grillées en sachets. Un projet lancé grâce à une opération de crowdfunding. Il s’agit là aussi de valoriser les amandes mais également les coques qui les contiennent. Elles peuvent servir de combustible mais aussi entrer dans la composition d’aliments pour animaux.

Lors de votre prochaine balade sur l’une de nos plages, vous ne verrez certainement pas ces amandiers de la même façon.

Lu 316 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe