30 janvier

Les vœux du Président Patrick Sellin à Marie-Galante ( suite )

Écrit par 

Des vœux pour montrer son attachement au travail des agriculteurs Marie-Galantais

C’est l’île de Marie-Galante que Patrick Sellin, président de la Chambre d’agriculture de la Guadeloupe, avait choisi ce 25 janvier pour présenter ses vœux à la profession. Des vœux marqués du sceau de l’innovation et de la cohésion. Une manière de valoriser les agriculteurs de l’archipel et les produits du terroir, mais aussi de favoriser la culture d’entreprise et la fierté d’appartenance au monde rural. Une délégation d’une soixantaine de personnes venue le matin même par bateau de la Guadeloupe, composée de personnel de la chambre d’agriculture, d’agriculteurs, d’élus et de partenaire de l’institution ont accompagné le président dans sa démarche. A cette cérémonie de vœux s’étaient joints, les élus Marie-Galantais de la Chambre d’agriculture, quelques élus de Marie-Galante et des agriculteurs de l’île.

La délégation a d’abord fait une halte sur les hauteurs de Grand-Bourg à la distillerie Bielle, en plein activité de production de rhum actuellement, où le processus de la fabrication du précieux alcool a été présenté lors d’une visite des lieux.

S’en est suivi un détour par la kassaverie Farimag à Capesterre où là aussi il y a eu une présentation des diverses façons de transformer le manioc. Et pour sa dernière halte, la délégation s’est rendue dans un restaurent de Saint-Louis pour la présentation des vœux du président.

L’occasion pour Patrick Sellin de saluer le courage des agriculteurs guadeloupéens mais aussi ceux de Marie-Galante qu’il a dit vouloir aider, notamment dans le dossier complexe de l’abattoir. Patrick Sellin n’a pas manqué de souligner que la Chambre était dans la bonne dynamique puisque la mission était de préserver les populations futures. La Guadeloupe ne doit en aucun cas, a-t-il ajouté, perdre son âme qui a été créée par les anciens sur les habitations et dans les champs de cannes. Le président a également demandé au monde agricole de poursuivre le travail commencé et de se débarrasser de tous les handicaps. Il faut croire en chaque instant a-t-il poursuivi, avec engagement et dynamisme au-delà de toute problématique. Patrick Sellin a enfin comparé la chambre à une équipe de football bien organisée ou chaque joueur, chaque ligne a besoin de l’autre pour aller vers la victoire.

Et Patrick Sellin d’ajouter que souhaiter ses vœux à Marie-Galante faisait de lui un homme heureux.

Paul Dongal : Marie-Galante va vivre des moments extrêmement difficiles.

C’est une très bonne initiative ; cela prouve que la Chambre s’intéresse au monde agricole à Marie-Galante. Il y a deux dossiers qui me tiennent à cœur. Celui de la centrale à base de bois importé, projet qui rencontre une très forte opposition; il faut que ça soit une solution locale. L’autre dossier est celui de l’abattoir ; on ne peut pas continuer ainsi ; il faut trouver une alternative. Il faut un plan Marshall pour l’agriculture de l’ile. Il faut que les élus se mettent ensemble pour trouver ces solutions. La population est vieillissante et il faut installer des jeunes qui sont l’avenir de Marie-Galante. La campagne sucrière sera extrêmement difficile car les cannes n’ont pas beaucoup évolué après les cyclones.

Audry Colmar : fermer l’abattoir ce serait faire un retour en arrière.

Je suis jeune agriculteur ; j’ai des caprins, des ovins des bovins, des volailles, de la vanille et de la canne à sucre. Toute la Chambre d’agriculture qui vient à Marie-Galante pour souhaiter des vœux, c’est une première et j’espère que c’est une bonne chose. D’habitude, c’est toujours nous qui descendons en Guadeloupe et là je suppose qu’ils ont compris qu’il fallait aussi qu’ils se déplacent. Certaines personnes pensent que c’est un métier facile, mais il faut toujours se battre pour tout. Le problème de l’abattoir est complexe, mais je ne pense pas qu’il puisse fermer, sinon ce serait faire un retour en arrière de cinquante ans.

Louisette Sérac : la fédération PASS (passerelle des associations sociales et solidaires) entend former et aider des jeunes agriculteurs à s’installer.

Aujourd’hui, nous faisons de l’agriculture raisonnée et nous avons un projet en collaboration avec la commune de Saint-Louis. Cela consistera en un chantier d’insertion de jeunes avec toutes les cultures rares de Marie-Galante. L’installation de ces jeunes se fera avec un parrain sur deux ans et j’espère que la chambre d’agriculture nous aidera. Les jeunes de Marie-Galante sont concernés au premier chef, mais s’il s’avère qu’un jeune d’ailleurs est motivé avec un bon projet, je l’accepterais volontiers.

 

Lu 23 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE