12 février

Admiral T : « En tournée, c’est toute la Guadeloupe qui me manque ! »

Écrit par 

On ne présente plus Admiral T, jeune artiste dont le talent n’a pas attendu le nombre des années pour se révéler.

AdmiralT1

Le parcours de Christy Campbell, né le 29 mars 1981 n’était a priori pas simple. La musique lui a pourtant ouvert les portes du succès, et la reconnaissance du public comme des professionnels, est venue récompenser son travail et son engagement. Guadeloupéen militant, il n’oublie dans ses chansons comme dans la vie, ni ses origines, ni ses valeurs.

Les Antilles Agricole : Vous partez souvent en tournée. Qu’est-ce qui vous manque le plus quand vous n’êtes pas en Guadeloupe ?

Admiral T : C’est toute la Guadeloupe qui me manque, déjà ma famille bien sûr, mais aussi la cuisine ! Je n’arrive pas à me nourrir comme j’aime. En tournée, je mange peu, toujours sur le fil. J’ai la chance d’avoir une femme qui cuisine très très bien et en plus local, sans parler de ma mère : cuisiner est leur passion à toutes les deux. Dès que je rentre, c’est une habitude, ma femme me cuisine des « dombrés et queue ». Je reste maximum deux semaines hors de la Guadeloupe, parce que c’est trop dur pour moi ! Il faut que je revienne me ressourcer. Ce qui me manque aussi, c’est le dimanche chez moi : nature et famille, sans télé, ni radio. J’ai grandi dans cette culture guadeloupéenne et j’ai fait le choix de rester ici, du coup je dois voyager souvent. La Guadeloupe est un paradis. J’ai des enfants, je voulais aussi qu’ils soient imprégnés de cette culture.

AA : Vous avez eu, enfant, un mode de vie plutôt urbain, aujourd’hui êtes-vous plutôt ville ou campagne ?

AT : Quand j’étais plus jeune, je ne me voyais vivre qu’en ville. Et puis en grandissant, en ayant des enfants, en ayant ma maison, je me suis aperçu que j’étais bien à la campagne – même si Baie-Mahault, ce n’est pas totalement la campagne ! Mon métier me met tout le temps en contact avec les gens, ça bouge beaucoup, c’est donc important d’avoir aussi des moments de calme ; et quand je rentre chez moi, en famille, je suis au calme. Je remets les pieds sur terre, dans la vraie vie. C’est un équilibre très important.

AA : Vous avez des habitudes de balade, des lieux de prédilection ?

AT : Depuis des années, avec ma femme, on part en balade, on prend la voiture, on sillonne la Guadeloupe, on s’arrête, on se baigne, j’adore. On a la chance d’avoir un pays super beau, pas très grand et pourtant très riche en biodiversité : il suffit de faire 10 min en voiture et on change d’univers, d’environnement. C’est exceptionnel. Quand je vois comment les gens fonctionnent, comment ils polluent les plages ou les forêts, j’ai vraiment du mal à comprendre. Devoir sensibiliser les gens au respect de l’environnement, c’est aussi très grave, ça veut dire que cela ne va pas de soi et je trouve ça incroyable !

AA : Vous êtes impliqué dans la vie sociale de la Guadeloupe, mais aussi pour apporter de l’aide aux personnes fragiles notamment…

AT : Quand on est artiste, on a une certaine influence, on peut s’en servir. La musique est mon moyen de faire passer certains messages. J’aime la scène, mais pas le show bizz, le strass et les paillettes. Je suis quelqu’un d’authentique. J’ai grandi dans un quartier difficile, nous étions dix enfants. J’ai eu la chance, comme les autres enfants de ce ghetto, qu’une association de quartier nous ouvre l’esprit, nous aide à aller à la piscine ou au cinéma, pour des sorties pédagogiques, visiter la Guadeloupe... J’ai appris la solidarité très jeune, et l’importance d’être solidaire, d’aider les autres. Aujourd’hui en tant qu’artiste, ça me parait tout à fait naturel de le faire.

AA : …D’autant que la solidarité est une valeur de base en Guadeloupe…

AT : Oui. Malheureusement ça se perd. Les gens sont beaucoup plus individualistes. Ils ont leurs propres problèmes. C’est pourquoi il est encore plus important en tant qu’artiste de faire passer ce message, de cultiver ces valeurs-là.

AA : Justement, vous êtes père de 3 enfants, quelles sont les valeurs-phares que vous jugez important de leur inculquer ?

AT : Je fais une musique sincère. Je n’essaie pas de jouer un rôle. A mes enfants, je transmets les mêmes valeurs morales que dans ma musique, des valeurs qui me sont chères et surtout les valeurs familiales. La vanité, les paillettes, tout ce qui est saupoudrage, il faut faire attention. J’explique à mes enfants que le plus important, c’est la relation humaine, le dialogue, tout ce qui fait qu’aujourd’hui on est des gens respectables, même si on a grandi dans un milieu difficile. J’essaie de l’inculquer à mes enfants, en faisant en sorte que mes actions et mes paroles soient cohérentes. Car le plus important, c’est d’être un exemple : nos enfants nous imitent.

Lu 119 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe